6h30.

Ton réveil sonne.

Tu n’as qu’une seule envie : l’écraser contre ta table de chevet.

Pour être bien sûre de te lever à temps, tu as mis 6 alarmes différentes.

A 10 minutes d’intervalle chacune.

Tu t’interroges sur le sens de la vie, tu te poses des questions philosophiques.

Comme par exemple, « mon avenir professionnel est-il si important » ? (Vous avez 4 heures).

 

Tu fais des calculs très élaborés : à combien d’heures d’absences serai-je, dans l’hypothèse que je loupe cette matinée ? (Dans l’hypothèse hein).

Tu finis par quitter ta couette, avec laquelle tu étais en fusion depuis trop peu de temps à ton goût.

Tu te fais un ou deux cafés, ou cinq.

Tu fais un joyeux collé serré avec des inconnus dans le métro.

Une matinée sponsorisée par les meilleurs déodorants de ta région.

 

Si tu t’es reconnu(e) à travers ces lignes, keep reading mon petit.

Si tu ne t’es pas reconnu je sais pas trop quoi te dire, vas boire un verre d’eau, il fait chaud en ce moment, c’est important de s’hydrater.

 

Efapienne, Efapien.

Toi qui veux valider tous tes crédits.

Toi qui aspires à devenir un maître dans l’art de la communication.

 

Voici, pour toi en exclusivité, les 5 commandements de l’EFAP.

 

 

1. Les escaliers tu grimperas

Oui, dès le matin c’est difficile les 3 étages oui.

Car c’est bien connu, ton premier cour le lundi matin se doit d’être au dernier étage.

Parce que c’est pas drôle sinon.

Aller respire un grand coup, monte le torse et si t’es un vrai sportif, montes les par trois.

Tu pourras me remercier cet été quand tu auras ton « summer body goal ».

2. Le numéro de ta salle tu te souviendras

Tu le sais pourtant hein.

Tu le sais que tous les vendredis en fin d’après-midi, ce gentil monsieur qu’est Cédric ROUQUET t’envoies ton emploi du temps par e-mail.

Alors pourquoi tous tes lundis matins sont agrémentés à base de « on est en quelle salle déjà » ?

Mince, c’est pas compliqué pourtant.

Bon à part pour la salle 3, là j’avoue elle est compliquée à trouver celle-ci. Pour ta gouverne, elle se trouve derrière la salle informatique au premier étage.

Non ne me remercies pas, ça me fait plaisir.

 

3. Tes 567.889 projets par matières tu rendras

C’est l’un des commandements les moins évidents, mais je t’assure, il est possible de manger un pavé chèvre-miel chez Bert’s tout en tapant frénétiquement sur ton clavier la recommandation que tu dois rendre dans 34 minutes chrono.

Cette phrase était beaucoup trop longue.

Mais t’as pas le temps d’argumenter convenablement là, t’as pas le temps  !

 

Big Up à leurs canapés d’ailleurs.

Ces canapés qui sont là eux, pour t’apporter le réconfort dont tu as tant besoin.

 

Bon, de tout de manière, pour ta “reco”, t’as réalisé un powerpoint du futur.

Parce que avoues.

Avoues.

Lors de tes présentations orales, tu te prends pour Beyoncé et tu mises tout sur le visuel.

C’est bien mon petit. Tu iras loin.

 

4. Un abonnement au salade bar du Franprix tu prendras

Pas cher, rapide, efficace.

Tous les midis tu fonces à toute allure en sortant de l’école, pour choper le plus de mozzarella possible dans ta salade.

 

Comme d’habitude, t’as trop faim.

Du coup tu charges ton pot au maximum. Tu t’es cru au kebab du coin, tu deviens un artiste.

Tu finis avec une salade d’environ 3,5 kilos et tu t’en tires pour 15€.

 

Mais au moins t’es fier de toi.

T’as pris une salade. Ca fait grave la meuf “healthy” quand tu dis que t’as pris une salade.

Une salade avec plus de condiments bien lourds qu’autre chose, mais une salade.

Comme ces meufs qui prennent des galettes… Au saumon.

(J’en fais partie, mais ça reste entre toi et moi d’accord ?)

5. Contre la sieste tu luteras

Aller Billy.

Lèves toi.

Oui tu es fatigué. Mais cet après-midi, tu as cours de communication interpersonnelle.

 

Oui ça existe.

 

Alors lèves toi, c’est pas le moment de faire une sieste digestive.

Assis-toi en rond bien calmement avec tous tes camarades (oui comme chez les alcooliques anonymes oui).

Ca va bien se passer.

 

Si vous lisez cet article, chers professeurs de communication interpersonnelle, sachez que je plaisante, j’adore vos cours.

Surtout lorsque je dois improviser pleins de positions bizarres ou raconter ma vie à travers des cartes.

 

C’est beau.