Depuis le 19 février 2019, je suis orpheline

Je suis l’héritière de son royaume. Je n’ai pas su trouver les mots plus tôt, c’était trop douloureux. Il a fait tellement pour moi… Cela faisait 7 ans que je me réveillais chaque matin à ses côtés. J’étais sa muse, sa source d’inspiration et l’égérie de nombreuses campagnes publicitaires. Encore aujourd’hui, ses mots résonnent dans ma tête : «  elle est le centre de mon monde. C’est une sorte de Greta Garbo. Elle a quelque chose d’inoubliable, dans sa façon de se mouvoir. Elle inspire par son élégance et son attitude ». Il parlait de moi comme il n’avait parlé de personne auparavant. Enfin, il n’a jamais cessé de me complimenté, jamais arrêté de m’aimer. Chaque jour un peu plus fort…

…aujourd’hui il ne sera jamais plus… 

Alors je ne peux imaginer la suite sans lui. C’est pour cela que je porte le deuil en son honneur, le noir a toujours été sa couleur de prédilection. C’était pour lui le symbole même de l’élégance. Néanmoins, il aurait été en colère s’il m’avait vue, d’habitude si blanche et sophistiqué. Il me comparait à de la neige, et disait de mes yeux gris qu’ils étaient couleur « bleu saphir étoilé ». Aujourd’hui, c’est lui qui a rejoint les étoiles. Quant à moi, je me suis trainé dans la poussière et dans la pénombre du monde extérieur. C’est lors d’une interview qu’il aurait confié que j’étais l’unique héritière et que s’il m’arrivait quelque chose, la personne qui s’occuperait de moi ne serait jamais dans la misère. 

Il me lègue un empire

Moi ? Héritière ? Je ne suis pas sure d’avoir les épaules pour tout ça. C’est trop tôt, trop précipité. Par ailleurs, il n’a même pas eu le temps de leur dire au revoir… et ce 19 février, il tire son unique révérence. Il m’avait organisé un quotidien de reine et calqué chaque battement de son coeur au rythme du mien. Etant donné qu’il ne sera jamais plus, je suis pour la seconde fois déloger et je ne sais pas si j’éprouverai un jour la même passion pour quelqu’un d’autre.  En d’autres termes, c’est « daddy » qui m’a tout appris et avec qui j’ai tout partagé.

Il a été mon plus beau cadeau de noel cet hiver 2011

Enfin c’est par un heureux hasard, que le mannequin Baptiste Giabiconi avec qui je partageais ma vie à l’époque lui avait confié ma garde pour quelque jour cette année là. C’est alors que la magie avait alors opérer et il m’a tout de suite mis sur un piédestal. J’étais sa priorité et lui, mon icône. Icône de mode, maître absolue de la haute couture, il laisse derrière lui une multinationale aux chiffres faramineux. Et moi, Choupette, j’ai 7 ans, et je suis l’héritière.