Chaque année, nous faisons face à de nombreux faits divers qui rythment notre quotidien : attentats, meurtres, disparitions. D’ailleurs tous ces événements fascinent les français. D’où vient ce voyeurisme malsain, et pourquoi bon nombre d’entre-nous sont accros à ce genre de faits ?

Les faits divers : les français dans la peau de Sherlock.

Omnubilé par les faits divers, les français accros à la télévision https://www.pexels.com/Lors d’un attentat, chaque français peut passer des heures devant BFMTV, et revoir en boucle les mêmes informations. Comme si ils étaient hypnotisés ! L’info en continu engendre l’infobésité des gens. On attend la dernière nouvelle. Lorsqu’un fait divers sort, chacun a son avis et désigne un coupable. C’est comme jouer au Cluedo. Depuis l’affaire Théo ou celle du Petit Grégory, les français cherchent toujours le coupable ! Or, 40 ans après l’histoire, l’opinion est convaincue que Bernard Laroche est coupable et que Murielle Bolle a menti. Même si nous ne saurons  vraisemblablement jamais la finalité de l’histoire, les français enquêtent.

Les faits divers engendrent la loi de proximité

Le voyeurisme fait parti de l’ADN de chacun d’entre nous : à grande ou petite échelle. La loi de proximité explique en grande partie ce phénomène parce qu’elle produit un lien avec les victimes de l’affaire ou de l’attentat. Comment ? Chacun peut se dire : « ça aurait pu être moi » ou encore « c’était le copain du fils de la mère de la cousine de mon père. » En outre, les gens se sentent proches des victimes, comme si ils étaient directement concernés. 

Les faits divers transformés en série télévisée

Faits divers : Du crime à l'interdiction https://www.pexels.com/

Les gens aiment quoi ? Les séries télévisée. On connait par coeur les épisodes des Experts ou de NCIS. Eh bien, c’est pareil avec un fait divers. Il y a une intrigue (le moment où on découvre le corps), la présentation des protagonistes (l’accusé), les suspicions des enquêteurs, et parfois, on découvre que le criminel était bien celui que l’on suspectait depuis le début ! En outre, ces faits divers représentent une série télévisée mais nous savons qu’il s’agit de fait réel. 

Transvaser notre violence intérieure à travers les faits divers

Un mal enfouit libéré par les faits divers https://www.pexels.com/Nous avons tous cette part de violence en nous et que nous pouvons retrouver à travers ces faits divers. Pourquoi ? Car il s’agit d’un moyen d’extérioriser la brutalité et la haine que nous avons en nous. Au classement mondial de la bonne humeur, les français ne seraient que 32ème. Un mal enfoui qui est retranscrit dans les affaires que nous pouvons voir à la télévision. Enfin de compte serait-ce un moyen pour nous de nous défouler ?

Les émissions qui ne traitent que des faits divers

Photographie professionnelle Dominique Rizet
www.dominiquerizet.com

Pour rester dans le registre des crimes et d’attentats, nous n’hésitons pas à regarder encore et encore les programmes de divertissement consacrés aux faits divers. Prenons l’exemple de Faites Entrer l’Accusé, diffusé par France 2. Les français sont devenus fanatiques de Dominique Rizet, journaliste expert police-justice, qui nous raconte toujours la façon dont la balle est rentrée dans le corps, ou pourquoi il est impossible que telle personne soit coupable. On est désormais attachés aux journalistes qui nous racontent tous les jours les mêmes histoires. Nous nous sentons concernés. Puis, nous avons l’impression d’être utiles. Certaines grandes chaînes ont créées des programmes de divertissement comme celui-ci : Mémoires du Crime (C8), Enquêtes Criminelles (M6), Planète justice (Canal+). Ainsi, il existe un grand nombre de programmes, pour le plus grand plaisir de l’opinion publique.

D’ailleurs, ne serait-ce pas par voyeurisme que vous avez cliqué ici ?