Longtemps considéré comme les sauveurs de notre porte monnaie, les marques tels que H&M, Zara et plus récemment les onlines Brands comme Fashion nova ou encore Pretty Little things sont pourtant néfastes pour bien des raisons. Ces enseignes considérées comme des marques de Fast fashion proposent des articles régulièrement, plusieurs fois par saison, même plusieurs fois par mois. En fonction de la marque la qualité va de bonne à vraiment douteuse et n’a pour la plupart qu’une durée de vie d’une seule saison.

Des travailleurs surexploités

 

Rana Plaza
Rana Plaza

L’envers du décor est bien moins glamour que les portants remplit de nouveauté veulent bien nous montrer. Pour assurer des prix défiant la concurrence la délocalisation est monnaie courante. Ces enseignes emploient dans des pays en développement de la main d’oeuvre est à petit prix, dans les pays comme le Bangladesh ou l’Inde les conditions de travail sont exécrables et peuvent même conduire à des catastrophes comme l’effondrement du Rana Plazza, un immeuble délabré ou se trouvait l’atelier des marques Mango et Primark

Fast fashion et pollution.

Les Fast fashion est avant tout un problème écologique. Avec notre consommation en vêtements qui a triplé en 50 ans, l’industrie de la mode est en seconde position dans le palmarès des industries les plus polluantes.

Cette augmentation représente 80 milliards de nouveaux vêtements achetés par an dans le monde,

Les matières utilisées, notamment le Cotton sont très gourmandes en eau et en pesticides. Leurs transformations ( teinture ect ) fait appel à des matières comme le plomb ou le chlore néfaste pour l’environnement.

Les premiers touchés sont les habitants de l’Inde et le Bangladesh. Le rejet de ces produits toxiques non traités par les usines de textiles

déversés dans les rivières.Cela pose des problèmes pour les habitants proches des usines.
Beaucoup d’entre eux utilisent la rivière pour leurs besoins quotidiens. Ces déchets sur le long therme peuvent engager des conséquences sur la santé des habitants.

Fast fashion et plagiat, copie.

Dans l’envie de suivre les tendances qu’emmènent les grands créateurs, les marques de fast fashion poussent la ressemble de leurs articles à l’extrême.

Des articles qui ont eu un succès comme les baskets speed trainers de Balenciaga ou les fameuses bandes colorées de Gucci sont reprit à la limite de l’identique.

Cette pratique dont le but est de rendre plus accessible les pièces tendances vu sur des marques plus haut de game pose quand même une question sur le respect de la création originale.