« Le plus difficile n’est pas de se constituer un carnet d’adresses mais de l’entretenir sans cesse »

Portrait d’Harold Parisot, président fondateur du Chinese Business Club, le 1er Club d’affaires franco-chinois.

Harold a su tirer son épingle du jeu. A l’aide de ses contacts, il n’a pas hésité à aborder et à démarcher des prospects. Jeu du hasard ou récompense, cet entrepreneur a su communiquer sur son projet avec brio. C’est en 2012 que commencera cette superbe aventure du Chinese Business Club, une entreprise dont il est très fier.

Harold Parisot a décidé de créer celle-ci car il estimait qu’elle correspondait à un besoin réel. Ce club s’est imposé petit à petit pour devenir une organisation incontournable non seulement pour les chefs d’entreprise français et chinois mais aussi pour les politiques et même les journalistes. Mais pour mieux comprendre l’aboutissement de cette création d’entreprise, penchons-nous sur son parcours antérieur.

Mais avant 2012 qu’a-t-il fait ? Son cursus.

Diplômé de l’Essec en 2000, Harold travaillera pendant 8 ans dans les Télécoms, chez Deutsche Telekom et Bouygues Télécom en tant qu’ingénieur d’affaires grands comptes. Ensuite il travaillera 2 ans pour un courtier, spécialisé en assurances de Luxe pour une clientèle privée.

Et c’est en 2010 qu’Harold Parisot décidera de créer sa première entreprise « Harold Parisot Conseils » une société d’intermédiation spécialisée dans les transactions immobilières off-market pour les family office & la clientèle UHNWI. (Ultra high-net-worth individual)

En créant sa première entreprise, Harold ciblait principalement une riche clientèle étrangère, désireuse d’investir dans des biens en toute discrétion. Il remarque alors rapidement que sa clientèle asiatique souhaite rencontrer et échanger avec des décideurs français, afin de pouvoir développer ses réseaux. Son rôle se caractérise donc comme étant un « facilitateur » d’échanges franco-chinois. Son positionnement lui permet alors d’affirmer son goût pour l’échange entre l’Hexagone et le monde asiatique. D’où l’adage « le plus difficile n’est pas de se constituer un carnet d’adresses mais de l’entretenir sans cesse »

Avec cette envie de rencontrer des clients chinois, Harold Parisot avait déjà depuis longtemps un réel intérêt pour partager et travailler à l’international et tout particulièrement en Asie. En conséquence, il a décidé de créer le Chinese Business Club. Rapidement, ce club se forge d’une réputation forte sur un positionnement international émergent, animé par différents brassages de cultures.

Comment a-t-il analysé ce besoin ?

Pour Harold Parisot, l’Asie est un pays porteur et hautement compétitif dans le développement international. C’est une terre prometteuse accueillant de grandes entreprises françaises du Luxe et du CAC 40 comme LVMH, PSA, Pernod Ricard, Dior. Ces groupes permettent de consolider leurs marchés bilatéraux respectifs. Ceux-ci se sont développés en Chine, en raison d’une classe moyenne émergente, disposant de revenus plus élevés sans oublier l’augmentation du nombre croissant de milliardaires chinois encore plus avides de luxe à la française et du Made in France en général.

Avec une population croissante (1,4 milliard), le marché asiatique serait pour Harold Parisot une opportunité de créer et de concevoir une plateforme de lobbying et de business matching afin de mettre en relation des patrons français, des marques françaises, des groupes français avec l’autre côté du globe, la Chine. C’est un pari ambitieux et risqué mais très intéressant d’un point de vue économique et financier. Pour que les entreprises françaises prennent les premières places, elles nouent des relations commerciales avec des fonds d’investissement chinois, des banques chinoises, des politiques ou des diplomates chinois ou des intellectuels avec des journalistes chinois.

Harold Parisot : son goût et sa découverte pour la Chine.

Harold n’est pas seulement un businessman accompli. C’est aussi un passionné de la civilisation chinoise. En effet, pour cet homme d’affaires, la Chine est un pays à la culture riche et brillante mais aussi à la gastronomie créative pleine de différentes saveurs. Harold est intarissable sur cette diversité gustative chinoise, il aime regarder et apprécier ces techniques de préparations spécifiques et sophistiquées.

Pour Harold, la Chine est un pays fascinant. Entre la grande muraille, les légendaires Montagnes Jaunes, les lacs aux eaux arc-en-ciel de Jiuzhaigou, il sait apprécier la tranquillité et la beauté de ces paysages.

Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est la découverte de cette civilisation qui est aux antipodes de ses racines françaises. Entre travail, cuisine et culture Harold Parisot est tombé amoureux de la Chine, ce grand pays où il fondera son empire : le Chinese Business Club.