Attention spoiler.

« My Beautiful Boy ». C’est le nom du film dont j’ai décidé de vous parler. Il a été réalisé par Felix Van Groeningen et est sorti en 2018 aux Etats-Unis, 2019 en France. C’est un film à deux perspectives : il s’agit de l’adaptation du récit autobiographique de David Sheff et de celui son fils Nic Sheff, qui raconte son combat contre l’addiction à la drogue.

Le film aborde un sujet sensible et sur lequel beaucoup de personnes sont peu ou mal informées : la drogue. Nic est un adolescent ordinaire. Il connait une enfance heureuse, est particulièrement intelligent et vient d’une famille plutôt aisée. Il a donc toutes les cartes en mains pour se construire un brillant avenir. Mais c’était sans compter sa descente aux enfers due à la drogue : il devient accro. Plus spécialement à la méthamphétamine, qui est classée comme l’une des drogues les plus dangereuses au monde ; classement dominé par l’alcool qui est en tête.

On observe tout au long du film, sa lutte contre son addiction ainsi que la détresse de son père face à cette situation.

Une relation fusionnelle entre père et fils soumise à l'épreuve de la drogue
©”My Beautiful Boy”, câlin entre Nic et David

« Plus que tout »

C’est l’amour que partagent le père et son fils, qui sont très proches, mais que la drogue va peu à peu séparer. Est-il possible de se résoudre au fait que l’on ne puisse pas sauver la personne que l’on aime plus que tout ? Peut-on faire le deuil d’un enfant vivant ? C’est, entre autres, des nombreuses questions suggérées par ce film.

Le sujet de la drogue traité de façon différente

C’est un film novateur, dans le sens où il est loin du mélodrame hollywoodien et se démarque des films dans son genre. De manière courante, lorsque l’on parle drogue au cinéma, on a droit à de nombreux clichés : essentiellement des gens de quartiers « mal famés », dangereux, ayant vécu traumatismes, enfances douloureuses etc. Bref, des gens pour qui la vie n’est pas vraiment facile. On est loin de ça dans My Beautiful Boy. Nic est un garçon ordinaire, et ce film prend la bonne initiative de refléter une réalité qui n’est généralement pas représentée. Oui, une personne ordinaire, intelligente et heureuse peut sombrer dans une addiction mortelle : voici le message du film.

De plus, on est empathique envers les deux personnages principaux (Nic et son père). Il n’y a pas de diabolisation (qui est elle aussi est habituellement faite) du drogué ni de jugements, de bons ou de méchants. Il y a juste des individus qui témoignent de la complexité notamment psychologique des addictions, qui impactent non seulement le consommateur, mais également fortement son entourage.

Pour moi, ce film est une claque émotionnelle qui pourrait (voire devrait) agir en tant que prévention. Il est essentiel pour se rendre compte des dangers et du cycle de l’addiction.

Nic en cure de désintoxication à cause de son addiction à la drogue
©”My Beautiful Boy”, David rend visite à Nic en cure de désintoxication