Les clichés ont la peau dure

À quoi pensez-vous quand on vous dit “danse classique” ?

Beaucoup on l’image de la jeune fille parfaite, chignon tiré, collants et tutu rose… et vous ?

Aujourd’hui, on peut identifier un problème au niveau de l’image de la danse classique, de la vision qu’ont les personnes qui ne la pratiquent pas. Il y a tout un imaginaire autour de cet art dans l’inconscient collectif qui ne représente absolument pas la réalité. Ce sont des clichés qui nuisent à cette discipline et cachent tout son aspect sportif, difficile, tout le travail qu’il y a derrière.

 

La danse classique : trop rigide ?

On reproche aussi à danse classique d’être extrêmement sélective sur le physique notamment, surtout dans le milieu professionnel. On peut le constater au niveau du corps, du poids des danseurs mais aussi au niveau de leurs origines ; on voit encore trop peu de danseurs noirs, de danseurs plus carrés, dans les balais classiques par exemple. Cela accentue l’image rigide, sélective et même arriérée de la discipline.

 

La menace des œuvres contemporaines

La danse classique fait-elle partie de l’histoire ?

La danse classique n’est pas si vieille que l’on pourrait le croire. Elle tire ses origines de la Renaissance italienne, puis a été reprise sous Louis XIV.

Mais on peut se demander si elle ne va pas tarder à faire partie de l’histoire… Aujourd’hui, la danse contemporaine menace la danse classique de plus en plus. On identifie ce problème déjà dans les studios de danse, dès l’adolescence, quand les élèves décident d’arrêter le classique pour la danse contemporaine.

Les ballets classiques n’attirent-ils plus autant le public ?

On constate aujourd’hui que les ballets sont de moins en moins joués dans les théâtres et les opéras au profit d’œuvres contemporaines, dont le répertoire est plus large. Le public semble de moins en moins attiré par les ballets et cela pose le problème de l’avenir de la danse classique.

Le répertoire classique compte uniquement une vingtaine de ballets (ce qui est très peu comparé au répertoire contemporain)  mais il est indispensable de continuer de les faire exister. Il faut continuer de les interpréter, ils font partie du patrimoine, de l’histoire et nous devons nous en souvenir.

 

 La base de la danse contemporaine

Il ne faut pas oublier que le classique est la base de la danse contemporaine, c’est même son point de départ. Elle n’existe pas sans le classique.

En la pratiquant, nous ne sommes évidemment pas capables de danser chaque style de danse mais nous constaterons des facilités, des automatismes. En pratiquant la danse classique, on apprend le travail, la discipline et même l’acharnement tant son apprentissage est difficile.

Pourtant, malgré tout ça, tous ces clichés, les cours de danse classique n’ont jamais été aussi pleins, pour les enfants comme pour les adultes. C’est même devenu tendance, car oui, ce sport fascine toujours autant ! Alors si vous avez toujours rêvé de danser, lancez-vous ! Vous trouverez très facilement un cours adapté à votre niveau parmi toutes les écoles qui en proposent. N’ayez pas peur, quel que soit votre âge, votre sexe, votre condition physique, votre couleur de peau ou votre poids, la danse classique est faite pour vous !

N’hésitez pas à jeter un œil à cet article sur Stéphanie Steron, une danseuse haïtienne qui a ouvert sa propre école de danse à Paris.

 

Aude Trémelo