Alors que les technologies s’améliorent de jours en jours, le monde du travail essaye de suivre tant bien que mal. C’est alors que nous pouvons voir différentes solutions permettant à  l’évolution technologique et l’emploi de cohabiter. La relève du futur est l’une d’entre elles. Dans cet article, nous allons voir l’état actuel de la relation entre les technologies et les métiers qui en découlent ainsi que les personnes qui se battent pour une meilleure transition.

Un nouveau monde

En 1991, Internet tisse sa toile dans notre monde. Les communications entre les individus deviennent plus faciles ce qui permet de rapprocher des personnes séparées de centaines de kilomètres. La magie de cet outil fut que chaque internaute pouvait créer de nouvelles choses (e-commerce, service en ligne, particuliers à particuliers,…) et ainsi créer de nouveaux emplois. Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où les employeurs comprirent que les nouvelles technologies travaillent plus rapidement et moins chers que des employers humains.

humain se faisant dépassé par un robot

C’était le début de la fin pour le monde de l’emploi. Les machines remplacèrent les hommes et femmes, la relation Homme/machine prit la place de la relation humaine et la courbe du chômage dégringola. Plusieurs points de vues se formèrent, les deux plus forts étant que le savoir-faire humain doit perdurer et l’autre est d’avis que certains métiers doivent rester aux machines. Mais tout n’est pas perdu puisque de nouveaux métiers du numérique apparaissent. Dans cette bataille, plusieurs organismes sortent du lot pour accompagner la transitions et former les employers aux nouveaux métiers du numérique. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur la relève du futur.

Les nouveaux venus

En effet, cette association, jeune de 1 an, met tout en oeuvre pour que chacun ai accès à ces nouveaux métiers. Principalement composée de jeunes ingénieurs, la relève du futur organise des ateliers d’initiation, aux compétences numériques, pour des jeunes de 13 à 17 ans. Provenants principalement de milieux défavorisés, ces étudiants découvrent un monde du travail en pleine expansion où l’offre est plus importante que la demande. C’est ce qu’il s’est passé du 28 au 2 Juin durant La Semaine du Numérique en partenariat avec l’AGECA: un total de 12h d’ateliers pour 12 jeunes. Ces derniers ont découvert la retouche d’images et la création de pages webs. 

L’after movie, c’est ici !

Et ce n’est que le début!  Leurs prochains événements sont entre autres la terrasse des canaux à Paris durant le mois de Juillet, la fête de quartier dans le 11ème le 23 Juin ou encore Ville vie Vacances avec la préfecture de police de Paris. Enfin, dès la rentrée scolaire 2018/2019, la relève du futur intégrera des ateliers de créations de jeux vidéos et l’assemblage robotique. De quoi faire de l’ombre à Elon Musk ! Pour plus d’informations sur cette association, rendez-vous sur www.larelevedufutur.fr.

Avec du recul, l’avenir de l’emploi numérique n’est pas en perdition. Certes, il a connu une baisse, avec la disparition de plusieurs métiers, mais il s’auto-alimente en nouveaux emplois qui nécessitent bien évidement de nouvelles compétences. Nous l’avons vu, certains manifestent un désir de créer une hausse de la demande via différentes actions.

Enfin, cela peut être illustré par la devise de la relève du futur: « Ensemble, assurons la relève ! ».