Jacquemus aime « LE BLEU ET LE BLANC, LES RAYURES, LE SOLEIL, LES FRUITS, LES RONDS, LA VIE, LA POÉSIE, MARSEILLE ET LES ANNÉES 80 » comme il le dit pour se présenter sur Instagram . C’est la nouvelle étoile montante de la mode française et il transmet le soleil grâce à ses collections de vêtements joyeuses et solaires inspirées de la Méditerranée. Il vient du sud, là où les peaux sont bronzées et la voix chantante. Portrait de Simon Porte Jacquemus, un futur grand.

Un autodidacte de la mode

Jacquemus

Il débarque à 19 ans dans la capitale, lui qui venait d’un petit village du Lubéron. Tout lui paraît si grand mais si terne à la fois. Le chaleur du Sud le faisait vivre, à Paname c’est tout gris et Il commence à s’habiller en noir. Lui qui s’habillait coloré c’est un nouveau départ.

Malheureusement, quelques mois après, il perd sa mère. Celle qui était son pilier, son tout, rejoint le paradis et c’est à ce moment-là qu’il décide de créer Jacquemus. Une douleur qu’il soignera et ce qui fera l’ADN de sa marque : le Sud, et celle qui était son soleil.

Cependant, Simon n’ai passé par aucune école de mode, sa « Mode », il l’a apprise sur le tas, il n’a travaillé avec aucun grand couturier qui aurait pu lui apprendre le métier mais a simplement eu l’honneur d’avoir le soutien incroyable et une épaule, celle d’Adrian Joffe.Président de la marque Comme des garçons, chez qui il était vendeur à ses débuts.

Jacquemus, un « Digital Native »

Simon est beau et il le sait. A quoi bon communiquer d’une manière classique comme toutes les autres marques de vêtements ? Pour lui c’est une communication et un marketing sans filtre.

Sa marque il l’a vend et l’expose à travers son compte Instragram, entre clichés de lui en vacances, selfies à gogo, paysages de Provence et vêtements mis en scène. Avec un style cool, simple et authentique, loin des images parfaitement travaillées des grandes maisons, l’homme est son oeuvre.

Car Simon est libre et le fait bien comprendre, il touche en plein coeur sa cible qui est de sa génération, les Millenials, #nofilters . La finalité ? Être au plus proche des consommateurs et leur faire vivre sa marque comme lui il l’a vis.

Jacquemus dans un champ

Des collections pleines de soleil

On connait maintenant les influences et ceux qui rattachent Jacquemus à son Sud adoré ses bombas et ses Gadjos auxquels il dédie des collections entières. Des collections qui dépaysent, qui transportent ailleurs.

Et tout le monde s’en empare, des Kardashians à la it girl Emily Ratajkowski en passant par les Hadid. Karl Lagerfeld le soutient, les directrices des magazines de modes l’idolâtres.

Ces vêtements ont des coupes élégantes et simples. Ils sont légers, aux couleurs claires et pures qui rappellent le sable chaud, des accessoires surdimensionnés ou des capelines XXL. Des chaussures à talons boule, ou encore des slips sans pantalon, il n’a pas peur d’appuyer sur les clichés et de sublimer des vêtements qui pourraient pencher faire le vulgaire. Il fait le buzz avec ses micros sacs « Le Chiquito » pour y « loger un doliprane ” comme il le mentionne. Ses défilés sont à la fois simples mais exceptionnels.

Un souk, une plage de Marseille pour présenter sa première collection homme « Le Gadgo » ou encore la place « Jacquemus » pour le dernier show en date. Il soulève sa Provence et la sublime à travers ses collections.

Jacquemus Chiquito

Sa mode on l’aime ! Sa petite entreprise qui est devenue grande pèse maintenant plus de 7 millions d’euros et compte plus de 50 employés. Ses créations sont sa récréation dont il garde une âme rêveuse d’enfant. Mais son chemin est loin d’être fini, il vient tout juste de l’entamer et n’a certainement pas fini de le tracer.