Haïti, Punta Cana, Sri Lanka, toutes ces destinations qui nous font rêver pour leurs paysages à couper le souffle, leur soleil d’été toute l’année et les plages de sable fin à perte de vue. Qu’en est il vraiment de ces destinations à premiere vue idylliques ?

« La République Dominicaine, destination idéale tout au long de l’année au coeur des Caraïbes et célèbre pour ses kilomètres de plages ». Voilà ce que clament les sites de réservation de séjours de luxe. Le reste de la page ventant l’eau turquoise, la chaleur et l’authenticité de l’île. Et ces mêmes arguments revenant pour toutes ces destinations qui attirent les adeptes du principe des vacances en « all inclusive ».

C’est ainsi qu’après quelques heures d’avion, vous vous retrouvez dans l’un des plus gros complexes hôteliers du pays bordant la plage avec à votre disposition tout le matériel et le personnel nécessaire à vous faire passer les vacances de vos rêves. Dans ce merveilleux hôtel, nombreuses sont les excursions proposées afin de « découvrir le pays, la culture et les locaux ».

Pensez-vous réellement que ces parcours guidés sont le reflet de la réalité du pays ?

Quand on vous montre seulement ce qu’on veut que vous voyez, il est difficile de se faire un avis autre que ce qu’on vous a vendu. La réalité est pourtant bien là où il faut faire preuve de réelle curiosité.

La réalité cachée par le luxe

Il n’est pourtant pas difficile d’aller marcher la moitié d’un kilomètre en dehors de l’hôtel. Les maisons à peine terminées, les enfants qui marchent pieds nus et peu vêtus dans la rue, les locaux qui regardent votre bouteille d’eau comme si elle était de l’or entre vos mains ou les hommes qui font leurs propres lois dans la rue vous sauteront aux yeux.

Alors, avec un peu de réel intérêt et en sortant de votre zone de confort, nous nous rendons bien compte du paradoxe qu’il existe avec le tourisme de luxe dans ces pays pauvres.

Toutes ces routes construites pour les hôtels mais qui ne serviront jamais aux locaux, tous ces litres d’eau utilisés pour les jardins et piscines de ces complexes hôteliers alors que les habitants n’ont même pas accès à l’eau potable, ces kilos de nourriture transformée importés pour satisfaire les touristes alors que le pays propose des produits d’origine locale et j’en passe.

Entre économie au point mort, territoires contrôlés par la mafia, et taux de criminalité élevé, les destinations les plus prisées par les touristes du luxe ont dans beaucoup de cas une double facette.

Et si vos voyages vous permettaient de réellement vous ouvrir l’esprit ?

 

Louise Joanne