Etre étudiant c’est dur mais être étudiant à Paris, c’est pire. La vie quotidienne s’apparente plus à une lutte permanente, j’en suis la preuve (sur)vivante. Parfois, j’envie même les participants de Koh Lanta, eux au moins, ils ont vu sur la mer. Même niveau nourriture, certains jours sont tellement compliqués que je salive devant leur manioc ou autre noix de coco. Alors, pour garder le moral, l’étudiant noie son chagrin dans les bars. Mais ce n’est pas toujours facile de s’abreuver à Paris lorsque son compte en banque est aussi faible que le PIB de la Somalie. Alors, est-il possible d’être bourré tout en étant fauché ? Eh bien oui et je vais te le prouver.  J’ai décidé de te faire profiter de mes années d’exploration de la jungle parisienne. Voici la « crème de la crème » de mes bars branchés mais surtout à prix cassés.

 

N°1 : le bar de l’étudiant qui paie en pièces rouges

 

bars
Centimes d’euros

Ma première pépite se situe dans le 10 ème arrondissement, en plein coeur de la capitale. L’étudiant fauché accorde une importance majeure au quartier car qui dit arrondissement centré dit économies sur le Uber pour rentrer ! Situé juste en face du Rex Club, le Bonne nouvelle est un bar animé qui saura réconcilier ta bourse et ton gosier. Ses prix sont imbattables : 3 euros la pinte et 2 euros les shots. Le véritable paradis du pauvre ! Pour la comparaison, la boite le Titty Twister fait payer, elle, 10 euros ses shots, soit 1 mois de revenue pour un étudiant moyen. Donc à ces prix-là, fini les : « bon, je reprend un verre mais je pourrais pas manger demain. »

N°2 : le bar de l’étudiant drogué… de musique

 

Image en noir et blanc d'un jeune homme en live électro dans un bar
Live électro

 

Pour la deuxième adresse, je m’adresse à l’étudiant fan de techno et de substances (auditives bien sûr), le Zorba est fait pour toi !  Bien évidemment, il est totalement gratuit, ce qui lui vaut place dans cet article. À première vue, ce bar situé à Belleville parait complètement normal mais au sous sol, on y trouve une cave intimiste avec des lives électro. L’avantage, c’est que tu peux venir en équipe, habillé en claquette, chaussettes, baskets, il n’y a pas de sélection à l’entrée.

N°3 : le bar de l’étudiant mélomane

 

Sur le mur d'un bar, écriture en néon jazz club
Ecritures néon jazz club

Enfin, si tu veux t’élever auprès de tes potes et leur montrer que ta culture musicale ne s’arrête pas à Aya Nakamura tu peux te rendre au 3 ème bar : la gare Jazz. Au fin fond du 19 ème, ce bar ambiance maison squat propose tous les soirs des lives de jazz. La bière y est bonne et la musique excellente. Gros plus de ce lieu : son prix libre. Chacun peut participer selon ses capacités. Donc pas de panique,  personne ne te jugera si tu lâches des pièces jaunes ou même un jeton de caddie, c’est le geste qui compte.

Voilà, maintenant tu n’as plus aucune excuse pour ne pas payer tes tournées !