Le 17 janvier 2019, j’ai enfin pu le dire : j’ai mon permis de conduire. Mais à quel coût ?
Après 4 auto-écoles, 3 déménagements, 2 parcours sup, mes économies sévèrement mises à mal et des heures de batailles avec l’administration, le jeu en vaut-il la chandelle ?
On a tous rigolé une fois de ce pote qui ne l’avait toujours pas cette petite carte rose.
Mais le système du permis est devenu une loterie où les chances sont biaisées selon l’endroit où l’on habite, ses moyens, la véracité de son auto-école, et son timing avec l’administration.

Le permis de conduire: la grande désillusion

Lundi 14 janvier 2019 : je me présente à 7h30 sur le centre de Vélizy Villacoubray. Il fait nuit. J’ai froid.
J’attends mon moniteur. Je me mets à réfléchir. Elle est passé où ma thune en fait ?

Jusqu’à aujourd’hui, j’ai autant vécu en province que dans la capitale. Vivre en province m’a permis de comprendre que le permis est un atout dans la vie quotidienne pour les tâches même les plus banales.
L’année de mes 17 ans, je me suis donc inscrite dans une auto-école pour commencer ma formation. Premier bilan: 1400 euros en moins mais j’étais rassurée car « le passer à la campagne, c’est plus rapide ».

UN AN APRES, j’ai enfin l’occasion de passer mon code pour la première fois, que j’obtiens, HEUREUSEMENT*.
J’ai perdu un an mais j’ai un bac en poche, il est temps pour moi de revenir vivre sur Paris . Aïe, et le permis on fait comment ?
Après un passage éclair dans une auto-école qui voulait me faire payer 300 euros de frais de transfert de dossier*, je finis par céder et m’inscris en bas de mon nouvel habitat Parisien.

*avant la réforme de la poste j’aurais dû payer 250 euros et attendre à nouveau six mois pour le repasser

*cette pratique est interdite depuis juillet 2015, faites attention

Quel. Connerie.

Je finis par effectuer 70 heures de conduite pour que l’on m’accorde le premier passage, alors que j’étais apte à prendre le rond-point de l’étoile dès la 5ème heure. L’incompréhension est totale. J’ai dépensé 3000 euros dans mon permis. Mais je continue à croire aux « c’est pour ton bien, refais encore 3 heures ».

17 juin 2016: 2 ans après mon inscription, je rate mon permis. Mon examinateur considère que j’aurais dû plus ralentir devant la priorité à droite dans cette zone pavillonnaire. Alors que j’étais arrêté. Mais bon, heureusement qu’il est intervenu. Du moins c’est ce que dit mon relevé, vu qu’il n’a touché ni mes commandes ni adressé la parole en 25 minutes de passage. Vous ne voulez donc pas que je l’ai en fait ?

Mais je n’abandonnerais pas

Et me voilà 2 ans après, sur ce parking à repasser le permis de conduire après avoir repayer 675 euros

(merci à vous les auto-écoles en ligne, vous êtes l’avenir de la France, surtout vous auto-ecole.net ).

J’obtiens mon examen et je reprends mes factures: le compte est bon, je suis à 3675 euros en moins et j’ai perdu 90 heures de vie.

En 2007, passer son permis coûtait 700 euros. Mais en 2019, le coût départemental moyen équivaut à 1700 euros (ici) et le coût pour Paris à 2140 euros (et la). Les auto-écoles ont su profiter de l’absence de législation concernant leur activité pour tirer profit d’un bon nombre d’élèves. Cependant, favoriser les places d’examens aux auto-écoles implantées depuis longtemps pénalise le développement de l’activité en ligne, bien plus économique pour le candidat.

A l’heure où les services de l’Etat se digitalise et où les gilets jaunes défilent dans la rue, il serait possible de faire économiser plus de 1000 euros par candidat. Je ne suis pas un cas isolé. Et je conseille vivement à chaque futur candidat de s’inscrire à une auto-école en ligne, bien moins coûteuse pour un examen aussi bête.