Pourquoi Johnny ?

Un an déjà !

Il y a déjà un an, Johnny Hallyday est mort. Et nous étions nombreux à avoir un soupçon d’affection, de familiarité avec Johnny. Il était adoré par certains, apprécié par d’autres, moqué souvent, mais il faisait partie de notre patrimoine, de notre quotidien, de notre enfance pour certains. Il n’est pas question ici de refaire l’oraison funèbre d’un Johnny disparu. Mais nous avons tous noté la convergence exceptionnelle des français (en grande majorité) pour ce qui a été la cérémonie d’hommages. Devant la télévision ou le long du cortège, c’était un hommage exceptionnel. Il serait donc possible pour ce qui apparaît ici comme une bonne raison, de rassembler, envers et contre tous les clivages sociaux, politiques, culturels. Il faut sauver la planète.Johnny ou Greta

Que s’est-il passé ce jour-là ? Johnny Hallyday ! Un chanteur populaire, une star, certes, un rockeur, un tombeur, une immense voix, une histoire, des « souvenirs souvenirs », mais quand même. Le gars qui chante « quand mon corps sur ton corps lourd comme un cheval mort ». Alors, cent fois plus de personnes mobilisées que pour la marche pour sauver la planète. J’étais moi-même devant ma télévision le 7 décembre 2017 et je n’ai pas marché pour sauver la planète le weekend dernier et donc Mea Culpa. Il y a un problème, parce que nos plus grandes agences de communication ne sont pas sur le pont pour rectifier ce grave dysfonctionnement. Pourquoi ? Parce que personne ne les rémunère pour faire ce travail.

Déresponsabilisation collective quand tu nous tiens !

C’est le premier volet de la déresponsabilisation collective. Ce serait en effet pour certains à l’Etat de sauver la planète. Aux Etats même. Nous sommes d’ailleurs nombreux à avoir entendu lors du grand débat, ce jeune de 17 ans interpellant notre président. Il lui a demandé si l’argent que nous gagnons en saccageant notre planète allait nous permettre de racheter une nouvelle planète. Effet de manche. Tu seras un politique mon fils. Comme il est intelligent ce jeune. Nous avons tous entendu parler de cette jeune suédoise Greta Thunberg, 16 ans qui est intervenue à la COP24. Magnifique mobilisation.

On s’alimente de belles images, de vœux pieux, de bons sentiments, perfusés à mort par des média plus faux culs que jamais. Ils sont au service d’une opposition polémique et revancharde par principe, vendeurs d’espaces publicitaires, à la recherche du sensationnel.  Les chaines d’informations en continue s’affrontent pour prendre des parts de marché à Voici, Gala ou autre Closer. L’information devrait être un service public.

Réagissons !

Sauver la planète

Un sujet aussi fondamental et nous ne sommes pas en mesure de rassembler. On parle de sauver la planète. Que faut-il dire pour convaincre ? “On va tous mourir dans d’atroces souffrances !” Pire encore, “Toi tu as une chance de t’en sortir mais tes enfants ou tes petits enfants, c’est foutu pour eux”.

Et si vous ne me croyez pas, regardez et écoutez ça !

Et s’il vous reste du temps, parcourez ça , ou encore ça ! Nous ne sommes plus isolés. Agissons ensemble !