The lost city of Z retrace la vie de Percy Fawcett. Explorateur du XXème siècle envoyé en Amazonie pour cartorgraphier les frontières.

The lost city of Z, le film

The lost city of Z réalisé par James GRAY et sorti en 2016. Il retrace la vie de Percival Harrison Fawcett, un grand explorateur Britannique du XXème siècle.

Au début des années 1900, la Société géographique royale d’Angleterre lui propose de partir en Amazonie afin qu’il puisse cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. 

Il part donc à l’aventure avec une équipe d’archéologues et y découvre durant l’exploration des traces d’une cité perdue très ancienne… 

L’accueil critique est très positif :

« Avec “La Cité perdue de Z”, James Gray signe un grand film d’aventure qui sublime sa vision du cinéma hollywoodien. » GQ

« Le destin d’un homme, la paternité, l’exploration de terres inconnues… Le film de James Gray explore magistralement ces thèmes. Une épopée intime où beauté, honneur et fidélité sont aux premiers plans. » Le Figaro

« Dans un décor somptueux, certaines scènes nous font penser à « Aguirre, la colère de Dieu », « Fitzcarraldo » voire « Apocalypse Now »… Tout simplement grandiose ! » Elle

Voici le lien vers la bande annonce : http://http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19568515&cfilm=223754.html

Percy Fawcett

A gauche Percy Fawcett et à droite l’acteur principal de The lost city of Z

Percival Harrison Fawcett est né le 18 aout 1887 à Torquay en Angleterre. Son père, Edward Boyd Fawcett, a été membre du Royal Geographical Society avant lui. Percy a dans un premier temps servi dans Trincomalee où il rencontre son épouse, Nina Agnes Paterson. De leur union, 3 enfants naissent : Jack, Brian et Joan.

En 1901 il part en mission secrète en Afrique où il décide d’apprendre la topographie.

Et c’est en 1906 qu’il est « appelé » par la Société de géographie de Londres pour cartographier des frontières entre le Brésil et la Bolivie. Durant son expédition il prend soin de noter ce qu’il y voit. Le mode de vie des travailleurs dans l’exploitation du caoutchouc, les animaux inconnu comme le piranhas, l’anacondas… Il a passé 18 mois dans la région du Mato Grosso. C’est au cours de ses différentes expéditions que Fawcett est devenu obsédé par l’idée de civilisations perdues dans cette région.

1911 : contre rendu de ses explorations 

                « J’avais eu vent d’histoires fabuleuses attendant tout explorateur qui laisse derrière lui les zones productrices de charbon pour s’aventurer dans les forêts éloignées. Elles n’étaient point exagérées. On retrouve dans ces contrées sauvages des animaux et insectes inconnus ici et qui intéresseraient bon nombre de naturalistes et même des Indiens blancs. Des rumeurs font état de pygmées, de mines perdues et de ruines anciennes. Rien n’a été exploré de ce pays au-delà de quelques centaines de berges ceinturant les cours d’eau. »

Percy Fawcett a en tête que la Societe de géographie lui viendrait en aide pour financer ses explorations. Celle ci n’a malheureusement pas pris au sérieux ses rapports. Il décide de la quitter et de continuer ses explorations à son propre compte.

1920, il décide de repartir au Brésil après avoir découvert un document d’un explorateur du XVIII siècle parlant d’une cité perdue dans la forêt Amazonienne, surement la cité « Z ». Il part, accompagné de son fils Jack ainsi que Raleigh Rimmel, un ami de son fils.

29 Mai 1925, son dernier message

« Nous sommes en ce moment au Camp du Cheval mort par 11° 43′ de latitude sud et 54° 35′ de longitude ouest. C’est le point où mourut mon cheval en 1920. Il ne reste que ses os blanchis. Nous pouvons nous baigner mais les insectes nous obligent à ne pas nous attarder un seul instant. Il fait très froid la nuit et frais le matin ; mais, vers le milieu de la journée, arrivent la chaleur et les insectes et, jusqu’à six heures du soir, nous souffrons au camp un véritable martyre. Vous n’avez à craindre aucun échec. »

Découverte d'une cité en Amazonie
Photo vue aérienne d’une cité ancienne d’Amazonie

Si cela vous a intéressé je vous conseille également ce livre : https://www.amazon.fr/Fawcett-perdues-dAmazonie-Guillaume-Dorison/dp/2723481964/ref=asc_df_2723481964/?tag=googshopfr-21&linkCode=df0&hvadid=227942928232&hvpos=1o2&hvnetw=g&hvrand=17498185276294039692&hvpone=&hvptwo=&hvqmt=&hvdev=c&hvdvcmdl=&hvlocint=&hvlocphy=9056507&hvtargid=pla-455090143841&psc=1

L’énigme de sa disparition

Il y a eu plusieurs rumeurs, hypothèses sur la disparition des explorateurs…

Mai 1925 : dernières nouvelles de Percy Fawcett en vie. Deux ans se sont écoulés, toujours sans aucune nouvelle… les expéditions à leur recherche commencent à s’organiser. 

Des milliers de personnes ont demandé à participer à ces expéditions où plus de 100 personnes y ont perdu la vie.

Une autre possibilité serait qu’ils soient mort suite à un accident, noyade ou maladie. 

En 1952, la région des Indiens Kalapalo du Brésil  a été traversée par des explorateurs ; un rapport des Indiens annonce qu’ils ont été tués pour avoir mal parlé aux enfants du village.

A la suite, l’explorateur brésilien Orlando Villas Boas, a enquêté sur la zone supposée de leur mort. Sur place il a récupéré des os humains, des objets personnels dont un couteau, des boutons et de petits objets métalliques.

Les os ont subi de nombreux test. On ne dispose pas de l’ADN des membres de la famille de Fawcett car ceux ci ont refusé de fournir des échantillons. Ainsi, aucune confirmation de l’identité de la dépouille est faite et les ossements résident actuellement à l’Institut de médecine légale de l’Université de Sao Paulo.

La ville perdue de Fawcett, Z, n’a jamais été retrouvée. De nombreuses cités anciennes et des vestiges de sites religieux ont été découverts ces dernières années dans les jungles du Brésil. Grâce à la nouvelle technologie de numérisation, il est possible qu’un jour, une cité antique qui a stimulé les légendes de Z, puisse être trouvée.

L’histoire complètement différente mais que je vous conseille de lire est cet article sur un film qui m’a énormément plu : http://www.efap-etudiants.org/critique-du-film-get-out/