« Sois un homme, un vrai », « Tu pleures comme une fille », « Les hommes sont tous les mêmes », « Oh le canard !! » .. Vous trouvez ça absurde ? Moi aussi.

C’est pour lutter contre ces clichés et stéréotypes que Guillaume, 26 ans, a créé Tu bandes, le compte Instagram qui a la ferme volonté de changer notre regard à tous.es sur la masculinité.

 

Être un « homme » ?

Jugés supérieurs depuis des décennies les hommes subissent encore aujourd’hui les normes sociales qui pèsent sur eux. Pourtant, soyons clairs, elles n’ont plus lieu d’être. Malheureusement force est de constater que les habitudes ont la vie dure.

 

“Les hommes doivent être forts, courageux, ne surtout pas pleurer, et pas question d’exprimer ses émotions !”

 

Entre images chocs et témoignages, “Tu bandes” s’applique à déconstruire les phrases toutes faites et idées reçues sur la sexualité masculine et la virilité. On y parle érections, consentement, plaisir et sentiments sans tabou et sans jugement.

 

View this post on Instagram

Ces témoignages et cette publication n’ont pas pour but de comparer les violences faites aux femmes, elles sont et elles resteront celles qui subissent le plus de violences sexuelles. 🔺 Je voudrais qu’on s’intéresse à ces hommes qui subissent des violences sexuelles. Je voudrais appuyer sur la représentation que nous nous faisons des hommes victimes de viol. ✔️ Des hommes victimes de violences sexuelles, qui ne sont pas écoutés, pas pris au sérieux. Ces hommes, honteux, n’osant pas en parler par peur du jugement, ces hommes qui ne trouvent pas la nécessité et le droit de s’opposer ou porter plainte.✔️ Les femmes subissent le plus de violence sexuelles, mais pourquoi les hommes en seraient épargnés ?✔️ Pourquoi dans l’imaginaire collectif est il inenvisageable et inconcevable qu’un homme soit violé par une femme ? N’aurions-nous pas intériorisé le fait que les hommes sont le sexe fort et des êtres insatiables ? Et inversement que les femmes sont plus fragiles et plus vulnérables ? Pourquoi n’entendons nous jamais ces hommes victimes de violences sexuelles ? ✔️ Pourquoi n’appréhendons-nous pas un homme victime de violences sexuelles comme une femme ? Au delà de la notion de genre nous sommes avant tout humain, dotés de sentiments, nous pouvons aussi ressortir marqués d’une expérience traumatisante. Dans l’inconscient collectif une femme ne pourrait pas rendre un homme raide contre sa volonté car " un homme qui bande c’est un homme qui veut " . L’homme est une figure forte, la victime de viol est faible donc, dans notre inconscient, c'est plutôt une femme qui se retrouve dans cette position. C’est difficile d’être pris au sérieux quand on a instauré que un homme est insatiable et que virilité rime avec performance sexuelle. ✔️ Comment être pris au sérieux et se prendre au sérieux quand on nous conditionne à être moins vulnérable que les femmes et que dans cette situation c’est la femme qui met l’homme en position de vulnérabilité? ✔️ Le viol masculin perturbe l’image sociétale que l’on a du rapport homme-femme, et il découle des inégalités de genre encore très ancrées dans les mentalités; il est temps que ça change.

A post shared by ÊTRE UN "HOMME" ? (@tubandes) on

Après chacun de ces témoignages, Guillaume nous livre une analyse éclairée reprenant point par point les clichés et stéréotypes engagés en fonction de la situation. Grâce à sa bienveillance, les messages privés affluent, 2000 par jour dès ses débuts. Un intérêt laissant transparaitre un profond besoin et une réelle envie de changer les choses.

Instagram au service de ces messieurs, mais pas queue !

Contrairement à ce qu’on pourrait croire “Tu bandes” et son sujet principal: la masculinité, n’est pas réservé qu’aux hommes. Tout le monde y est le bienvenu pour débattre autours des sujets abordés  car finalement, nous sommes tous.es concerné(e)s.

Les femmes face à leurs responsabilités
                                                                                                                  La virilité toxique: l’affaire de tous

A l’heure où la revendication pour la liberté sexuelle des femmes est à son apogée, même si encore trop souvent censurée, “Tu bandes” a de prime à bord été mal compris par les femmes. Accusé de chercher à nous faire culpabiliser et à vouloir démonter le mouvement féministe.

Toutefois, lors d’une interview accordée au magazine Marie Claire à ses débuts, Guillaume confiait que les avis ont rapidement changé. Car en surfant entre les posts, impossible de nier que les hommes, eux aussi, souffrent du patriarcat.

Allié à la cause féminine, Guillaume est vivement engagé et participe à de nombreuses manifestations en faveur des droits des femmes.  Et oui, parce que finalement féminisme et masculinité sont deux sujets étroitement liés.

Un mouvement plein de promesses 

Aujourd’hui Tu bandes compte plus de 109 000 abonné(e)s, même si certains avouent ne pas s’abonner par peur d’être jugés. On peut donc imaginer des centaines, surement plus, de followers invisibles mais pourtant bien présents. Tout ce que l’on peut espérer c’est que le compte continue à gagner en popularité ! Parce qu’éveiller les consciences sur l’impact toxique des stéréotypes et de la pression sociétale est aujourd’hui, plus que jamais, d’une importance capitale.