Si vous aimez l’aventure urbaine et les lieux délabrés remplis de secrets et d’histoires, l’urbex est fait pour vous. Cette “activité” est une pratique relativement dangereuse, ne vous aventurez pas seul.

L’ urbex c’est quoi au juste ?

L’urbex est tout simplement l’abrégé d’exploration urbaine en anglais : urban exploration. Cela consiste à visiter des lieux abandonnés ou non, construits par l’homme, de jour comme de nuit. La plus part du temps ces endroits sont difficiles d’accès et interdits au public… Ce qui rend le challenge bien plus amusant. Il est à noter que cette pratique est à la limite du légal, voire illégale dans certains contextes.
Cette activité, considérée en quelque sorte comme un « jeu », est devenue très en vogue ces dernières années et l’on compte de plus en plus d’adeptes. Une des « règles d’or » de cette pratique est de laisser le lieu tel qu’on l’a trouvé : pas de vol, ni de dégradation… Un minimum de respect, quoi.

Ca vient d’où ?

Les premiers cas d’explorations apparaissent dans les années 1900 avec l’arrivée du métro New Yorkais. Beaucoup d’explorateurs deviennent accros à cette pratique. Visiter ces lieux inexplorés et inconnus du grand public les intriguaient. Un new-yorkais y a d’ailleurs perdu la vie, percuté par un train lors de son exploration.

En France, les catacombes sont la cible des passionnés d’urbex. Une équipe de recherche et d’invention en carrière (ERIC) a été spécialement fondée en 1983, afin de surveiller les lieux et venir en aide en cas de besoin.

Quels sont les risques ?

Il est important de savoir que l’urbex est une pratique relativement dangereuse. Les lieux visités sont vieux, donc en mauvais état. Il faut être très vigilant où l’on pose le pied car un accident peut vite arriver : plafond en mauvais état, escalier cassé, sol pourri… Un autre danger sont les personnes extérieures à notre groupe : squatteurs et autres individus qui peuvent être mal intentionnés. Il faut rester vigilant et ne jamais partir seul en exploration. Egalement prévenir une personne qui se trouve à l’extérieure en cas de détresse. Afin de limiter les risques : bien s’équiper. C’est-à-dire porter des vêtements adaptés (ne pas y aller en short, sandales), prévoir de quoi s’éclairer et compagnie.
Le deuxième risque : et si on se fait attraper ? Pas de panique, vous n’irez pas en prison… Le seul risque serait une amende et/ou jusqu’à 48H de garde à vue (en France).

Urbex, Rurex ?

Il existe plusieurs types d’explorations avec des appellations différentes. Ici, nous parlerons uniquement de l’urbex et du rurex. Alors, la différence ? C’est simple. Nous appelons urbex uniquement l’exploration en zone urbaine. Les plus classiques sont les visites dans les hôpitaux abandonnés, catacombes, immeuble…
Et le rurex, vous vous douterez bien que nous parlons ici d’exploration en zone rurale. Pour donner quelques exemples, nous pouvons trouver des bases militaires, bunkers, asiles, anciens sanatorium et également des lieux religieux comme des couvents, monastères…

Où trouver des lieux pour faire le l’urbex ?

A savoir. Les urbexeurs diffusent rarement leurs lieux de découvertes et les gardent secrets afin de les préserver. Ils diffuseront leurs positionnement uniquement à d’autre urbexeurs de confiance (c’est un véritable petit réseau).
Pas de panique, vous pouvez vous aussi en trouver, et facilement. Certains sont référencés sur internet si l’on cherche une session d’ urbex mais seront moins « intéressants » à visiter car il y aura eu du passage avant vous ! Bon, je ne dis pas qu’il y aura autant de monde que dans le métro parisien, mais il est toujours plus excitant de visiter un lieu inconnu des autres.
Dans Paris vous pourrez – éventuellement – visiter l’hôpital Earle Nelson, dans le 14ème arrondissement ainsi que l’hôpital Joe Hill dans le 15ème.

Tunnel abandonné-Photo by Ricardo Rocha on Unsplash
Couloir d’immeuble avec une chaise-Photo by Patrick Pierre on Unsplash